Restez au courant des dernières actualités du Secrétariat social UCM.

Devenir employeur ?M'inscrire

Retour au site UCM.be

Adapter l'horaire de mon travailleur à la charge de travail

Catégorie

Actualité

Thématique

Dirigeant d'entreprise

Publication

07/08/2019

Votre activité est saisonnière ? Vous connaissez des fluctuations dans vos commandes ? Différentes solutions existent pour harmoniser l’horaire de votre travailleur avec la charge de travail.

Le temps de travail ou durée du travail est le temps pendant lequel le travailleur est à la disposition de son employeur. La durée du travail est, en principe, limitée à 8 heures par jour et 38 heures par semaine pour un temps plein.

De nombreux facteurs peuvent cependant influencer le volume de travail et nécessiter une adaptation des horaires de vos travailleurs. Entre petite ou grande flexibilité, horaires variables, travail occasionnel… choisissez la formule qui vous convient !

Que puis-je demander à mon collaborateur ?

Petite flexibilité

Le système de la petite flexibilité offre aux employeurs la possibilité de faire fluctuer les horaires de travail de ±2 heures par jour et ±5 heures par semaine, sans devoir payer un sursalaire.

Grande flexibilité

La grande flexibilité permet des prestations jusqu’à 11 heures par jour et 50 heures par semaine.

Ce système d’heures supplémentaires est d’application dans certaines branches d’activités où les limites normales de la durée du travail ne peuvent pas être respectées (tourisme, Horeca, hôpitaux…). Les heures supplémentaires prestées dans le cadre d’une grande flexibilité font l’objet d’une récupération mais ne sont pas soumises au paiement d’un sursalaire.

Horaires variables

Les horaires variables s’appliquent aux contrats de travail à temps partiel.

Dans le cadre d’un horaire variable, le nombre d’heures à prester est constant mais l’horaire varie chaque semaine. Si, en outre le régime est flexible, la durée hebdomadaire de travail peut varier d’une semaine à l’autre. Dans ce cadre, tant le nombre d’heures que les jours de prestations varient d’une semaine à l’autre.

Heures supplémentaires

Dans le cadre de prestations d’heures supplémentaires et sauf exception, la durée du travail ne peut excéder 11 heures par jour et 50 heures par semaine.

Les heures supplémentaires font généralement l’objet d’une récupérationpar l’octroi de jours de repos compensatoire. Ces heures supplémentaires entrainent généralement aussi le paiement d’un sursalaire égal à 50% de la rémunération ordinaire ou 100% si les heures supplémentaires sont prestées un dimanche ou un jour férié.

Les heures supplémentaires prestées pour faire face à une augmentation ponctuelle du volume de travail sont justifiées par un surcroît extraordinaire de travail, une nécessité imprévue, des travaux urgents, un accident survenu ou à venir…

Puis-je faire appel ponctuellement à un autre collaborateur ?

Travail occasionnel

Le travail occasionnel permet de faire face à des situations de travail temporaire, pour des prestations limitées et/ou irrégulières et dont la nature et le volume sont parfois difficilement prévisibles.

Ce statut existe dans les secteurs de l’agriculture et de l’horticulture, dans le secteur de l’Horeca et dans les pompes funèbres.

Le travail occasionnel a pour objectif de répondre à un besoin de flexibilité de l’entreprise et fait l’objet, pour cette raison, de règles spécifiques en matière de contrat de travail et de temps de travail. Il bénéficie, dans certains cas, d’un assujettissement réduit à l’ONSS et à l’impôt.

Flexi-jobs

Un contrat flexi-job permet à l’employeur de gérer les périodes chargées moyennant une main d’œuvre à moindre coût.

Pour pouvoir faire appel aux flexi-jobs, l’employeur et le travailleur doivent, de manière anticipée, conclure un contrat-cadre qui précise la ou les fonctions qui seront exercées, le montant de la rémunération…

Chaque fois que l’employeur fait appel à son flexi-travailleur un contrat de travail flexi-job doit également être conclu mais celui-ci peut être conclu oralement.

L’employeur est redevable d’une cotisation sociale spéciale de 25% déductible fiscalement à titre de frais professionnels. Aucune charge sociale ni fiscale n’est due dans le chef du travailleur. Ce dernier doit remplir un certain nombre de conditions pour pouvoir être occupé dans le cadre d’un flexi-job.

Au départ prévu pour l’Horeca, il a été étendu en 2018 à d’autres secteurs d’activité : boulangeries, commerces alimentaires, salons de coiffures…

 

Des questions ? Plus d’infos ? Contactez-nous au 078/05.20.20 ou via notre formulaire.